Pour pouvoir visualiser son contenu vous avez besoin de Adobe Flash Player.

Accueil Cadeaux Playlist À propos de moi Mes photos Mes vidéos Vidéo Chambéry 1 Vidéo Chambéry 2 Vidéo Alpes du Sud 2009 Vidéo Sparamotor Video Coupe Icare 2009 Vidéo fête Décollage Vidéo Tenerife 2010 Vidéo Chili 2010 Vol thermique Vol dynamique Les pratiques La pratique du parapente Instruments Règles de priorité Incidents de vol Dangers Pratiquer en France Sécurité La pratique du paramoteur Règlementation Code d'éthique Liens et outils Météo Liens météo Liens favoris 1 Liens favoris 2 Choix pratique téléchargements Téléchargements paramoteur Téléchargements parapente Outils  Forums Tribut'Air? On en parle ici... Carte de France Liens Contact Formulaire de contact Livre d'or Mon matos L'aile Le moteur Les instruments Appareil photo et vidéo Autres (I) Autres (II) Vocabulaire du parapentiste Vocabulaire du parapentiste II 

Sécurité

Plusieurs facteurs font du paramoteur un aéronef parmi les plus sûrs. Contrairement au parachute, si la voile ne se déploie pas, le pilote et son appareil restent au sol. De plus, la position du pilote accroché sous la voilure augmente la stabilité de l'ensemble. Si un pilote lâche toutes les commandes, l'appareil se redressera automatiquement pour reprendre sa position naturelle.En plus de permettre le décollage à partir du sol plat donc d'éviter d'avoir à décoller d'une montagne, la présence du moteur permet également de bénéficier d'une puissance de poussée "sur demande" qui n'est pas disponible en parapente.L'appareil est facile à manier et il peut effectuer un virage de faible rayon. Sa vitesse de déplacement par rapport au sol est d'environ 40 km/h à ajouter ou soustraire à la vitesse du vent.En vol, un arrêt volontaire ou non du moteur a pour effet de transformer le paramoteur en simple parapente. Si le pilote a pris soin de toujours évoluer à portée d'une zone d'atterrissage sécurisée, les pannes entraînent alors rarement de conséquences fâcheuses. D'ailleurs, la majorité des atterrissages s'effectuent moteur coupé.L'appareil ne requiert que très peu d'espace pour le décollage et l'atterrissage. En fonction de la vitesse des vents, il aura éventuellement besoin d'un seul pas à quelques mètres pour le décollage alors qu'il n'est pas rare que les atterrissages s'effectuent simplement en posant les pieds au sol.En cas de fermeture asymétrique de l'aile, la contre réaction à la sellette est beaucoup moins efficace qu’en parapente. De par sa sellette relié au moteur le poramoteur se manie moins bien qu’un parapente, de se fait il n’est pas conçu pour voler dans les thermiques...mais y arrive très bien tout de même!

La pratique du paramoteur

Règlementation

securite



Tribut'Air



P l a y l i s t

Nouvel Album

Nouvelle page